Justice : l’ancien conseiller en sécurité de Félix Tshisekedi très malade , le Collectif François Beya sollicite l’implication du Chef de l’État pour sa prise en charge médicale


Le Collectif Free François Beya a de nouveau saisi le Chef de l’État Félix Tshisekedi pour solliciter son intervention pour sa prise en charge médicale de son ancien conseiller Spécial en matière de sécurité, détenu à la prison de Makala depuis mai dernier.

Dans sa nouvelle correspondance, ce collectif rappelle au Chef de l’État de lui avoir alerté il y a peu de l’arrestation arbitraire de François Beya par l’agence nationale de renseignements (ANR).

Il indique que l’état de santé de l’ancien collaborateur de Félix Tshisekedi est très dégradant et nécessite une prise en charge par ses médecins.

 » _Le Collectif vous a, par ses précédentes missives, alerté sur les fausses preuves que l’ANR voulait mettre à charge de François BEYA KASONGA pour justifier ses arrestation et détention arbitraires. Et pourtant, ce dossier mal ficelé, et contenant des charges peu probantes, a conduit l’infortuné devant une juridiction miliaire, ce qui donne à penser que la Justice est également instrumentalisée dans ce procès politique contre François BEYA KASONGA_ . », écrit le Collectif.

Pour ce dernier, François BEYA est un digne fils ayant servi son pays, avec dignité, loyauté et abnégation, sous quatre régimes successifs, en ce compris celui de Félix Tshisekedi ; et il n’y a rien qui justifie la privation de soins adéquats qui lui est infligée.

A cet effet, le Collectif sollicite une fois de plus l’implication personnelle de Félix Tshisekedi, en tant que magistrat suprême, afin que François Beya soit correctement pris en charge par ses médecins dont les avis ont prouvé l’urgence de la situation sanitaire.

Avec six de ses coaccusés, dont des officiers de l’armée et de la police, François Beya est poursuivi pour avoir, de 2020 à février 2022, « formé un complot contre la vie ou contre la personne du chef de l’Etat », selon la Cour militaire.

Ses avocats ont à maintes reprises demandé sa libération provisoire, qui malheureusement ne lui a pas été accordée.

Ivan Honoré Mudiangombé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :