62 ans d’indépendance : « En interne, le pays n’est pas sur la bonne voie et les promesses peinent à se réaliser »( Claudel André Lubaya)

Soixante deux ans après l’accession de la RDC à sa souveraineté nationale, le Député National élu de Kananga au Kasaï Central, Claudel André Lubaya vent debout contre la situation désastreuse que traverse la RDC sur tous les plans.

Dans une déclaration faite ce 1er juillet, Lubuya accuse les dirigeants congolais actuels de ne pas travailler en faveur de la population congolaise, qui continue à vivre les calamités.

 » En interne , le pays n’est pas sur la bonne voie. Sa marche est tordue. Son horizon est sombre. L’alternance patine. Les promesses peinent à se réaliser. Le social du peuple s’effondre et « le peuple d’abord » paraît comme une parenthèse désormais fermée. La misère s’abat. L’État s’affaisse . », écrit l’élu de Kananga

Ce parlementaire congolais dénonce au passage des antivaleurs qui gangrènent l’appareil de gouvernance en RDC, notamment la corruption qui se maintient à tous les niveaux et dans tous les rouages de la société, qui d’ailleurs a simplement changé d’acteurs.

L’autorité de l’Etat, fait-il remarquer s’écroule et peine à se faire sentir sur le territoire national, surtout dans les centres urbains où les gangs communément appelés kuluna opèrent en toute impunité.

 » Le pays va mal, très mal. Il allait déjà mal avant. Et là, ça s’empire. Ça s’aggrave. Ça inquiète. Personne ne sait dire de quoi le lendemain sera fait, pendant que le pays sombre dans un pilotage automatique aux paramètres aléatoires. Nul ne saurait, sauf basse hypocrisie et volonté d’invectives, ignorer cette triste réalité. Nul ne peut, sauf déni de réalité, méconnaître ce diagnostic. » , poursuit-il.

André Claudel Lubaya s’interroge si 62 ans après, n’est-il pas venu le moment pour que les peuples congolais se demandent pendant combien de temps devraient-ils encore se satisfaire de son déni de cette réalité aussi triviale qu’évidente.

Face à ce tableau sombre de la situation congolaise, le Président National de l’UDA-Originelle émet le vœu de voir le pays être restitué aux citoyens pour que la gestion de la chose publique soit au service exclusif de l’intérêt général et non des intérêts mesquins des groupes politiques .

Ivan Honoré Mudiangombé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :