Kabund à Mboso: « Je ne saurais accompagner le bureau de l’assemblée nationale dans une forfaiture qui s’apparente à une messe noire dite »


La guerre des répliques entre les deux anciens proches, l’ancien premier vice président de l’Assemblée nationale Jean Marc Kabund et Christophe Mboso N’kodia, Président actuel, est encore longue suite à la demande de la levée des immunités du « maître nageur » par le procureur général près la Cour de Cassation.

Après avoir boudé à deux reprises de se présenter au bureau de la chambre basse, Kabund n’a pas tardé à muselé une fois de plus Christophe Mboso après la fracassante réaction de de ce dernier contenue dans sa deuxième invitation lui adressée.

Des leçons juridiques et scientifiques ne font qu’alarmer les correspondances de ces deux personnalités, l’une ne jurant que sur l’audition de l’autre et l’autre qui ne tient qu’à son rendez-vous devant l’Office du procureur général près la Cour de Cassation ce mardi.

Dans sa nouvelle réplique de ce lundi, Jean Marc Kabund a ouvertement accusé Mboso d’avoir mis en place une forfaiture pour obtenir la levée de ses immunités; cela en violant ses droits en tant que parlementaire, qui a pourtant un mandat du peuple.

 » _Je ne saurais accompagner le bureau de l’assemblée nationale dans une forfaiture qui s’apparente à une messe noire dite déjà consistant à me museler et à violer de manière spectaculaire mes droits d’élu du peuple_ « , écrit-il au Pépé Mboso.

Kabund estime que, dès lors que le réquisitoire du PG ne contient pas des faits qui lui sont incriminés au regard des exigences lées à son mandat parlementaire, le Bureau Mboso devrait surseoir sa démarche.

En tant qu’organe, fait savoir Jean Marc Kabund, l’Assemblée nationale est appelée à protéger les droits et libertés des Députés nationaux.

Par conséquent, le Bureau ne devra pas statuer précipitamment sur la demande d’autorisation des poursuites et de la levée des immunités aussi longtemps que l’instruction judiciaire est en cours.

Donc, Jean Marc Kabund ne pourra pas répondre à cette énième invitation du Bureau Mboso.

Ivan Honoré Mudiangombé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :