RDC – Assemblée nationale: Une pègre, un sanctuaire des gourmands égoïstes sous Félix Tshisekedi ?

La chambre du parlement congolais est devenue une pègre composée des parlementaires qui ne portent que soutien à ce qui concerne leur ventre et non aux intérêts de populations pour lesquelles ils ont été élus .

C’est devenu très décevant pour le peuple congolais de se retrouver devant une pègre (Groupe social formé par les voleurs, les escrocs, les souteneurs, les voyous…), dont l’objectif principal est de tout empocher afin de s’acheter des Villas, des palissades, faire des voyages à l’étranger pendant les moments de vacances parlementaires, et pourtant censés être dans leurs circonscriptions.

Le refus par eux-mêmes de procéder à la réduction du train de vie des institutions politiques et publiques, dont l’assemblée nationale justifie tout ce que l’on peut dire sur  » les représentants du peuple ».

Le débat est devenu très alléchant et personne d’entre les élus du peuple, n’est à mesure de dire à ses électeurs ce qu’il touche comme salaire (émoluments, invisibles et autres avantages), après les révélations de Martin Fayulu sur l’augmentation de leur salaire, désormais à 21.000 USD depuis janvier 2022.

Que des supputations, agitations, débandade langagière, qui font croire au peuple que Martin Fayulu a bien fusillé sur l’adversaire qui ne sait pas donner ses moyens de défense en toute tranquillité.

Sessanga avait déjà qualifié Mboso N’kodia, Président de l’Assemblée nationale de « Voyou », prêt à soutenir toute délinquance financière constatée dans la gestion des finances publiques par le gouvernement Sama Lukonde, avant d’être rejoint par l’ancien premier vice président de la chambre basse Jean Marc Kabund, en dénonçant la gabegie financière qui caractérise le régime avec la bénédiction du pouvoir budgétaire, qui est l’assemblée nationale.

Tshisekedi étant revenu dessus lors d’un conseil de ministres en début du mois d’août n’en est pas épargné car ne connaissant pas lui-même son salaire, comme tous les membres du gouvernement.

Mabunda et Thambwe Mwamba, respectivement président de l’Assemblée nationale et du Sénat ont à l’époque payé cach pour avoir convoqué un congrès, qui coûterait 7 millions de dollars américains, d’après les dénonciations faites par Jean Marc Kabund à l’époque chouchou du régime; les dénonciations qui ont été avalées par les adeptes du pouvoir, dont les députés nationaux comme l’annonce de la résurrection de Jésus-Christ aux 12 apôtres.

Bref, l’assemblée nationale censée assurer le contrôle sur l’utilisation et la gestion des ressources congolaises par les autorités est restée une caisse de résonance où un gros gâteau partagé entre les sociétaires.

Ivan Honoré Mudiangombé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :