RDC: Trois mois déjà depuis que Bunagana est occupé par le M23, l’union sacrée fait son lit à Kinshasa

Tout semble être mis dans les oubliettes par Kinshasa depuis que la localité de Bunagana dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu est occupée trois mois déjà par le mouvement du 23 mars(M23), une rébellion née il y a une dizaine d’années en République démocratique du Congo.

C’était dans la confusion totale la nuit du 12 au 13 juin que la cité de Bunagana était tombée entre les mains du M23 après d’intenses combats avec les forces loyalistes.

Ils avaient (rebelles) réussi ce jour là, à se débarrasser de tous les services de sécurité et de l’administration de l’État, en pleine période de l’état de siège où la sécurité des zones était censée être assurée, et ce mardi marque le troisième mois depuis que Bunagana échappe au contrôle de Kinshasa.

Aux premiers jours, Kinshasa avait promis de se déployer pour délocaliser cette rébellion de Bunagana afin de restaurer l’autorité de l’État et la paix, chose qu’il n’a pas faite car trois mois déjà, qu’il dort sur ses oreillets sans se préoccuper d’une des parties de sa terre prise en otage par les terroristes.

La société civile et les autorités locales de Rutshuru se disent inquiètes de voir que la rébellion consolide sa présence dans plusieurs villages de Rutshuru.

Dimanche, la société civile a constaté avec consternation que Kinshasa a opté pour un cessez-le-feu unilatéral alors que l’ennemi a déjà conquis des espaces non négligeables et a chassé les populations de leurs agglomération en s’adonnant aux pillages systématiques.

Elle a en effet, révélé que pendant cette période, l’ennemi à recruter des combattants dans des camps des réfugiés en Ouganda et au Rwanda, les soumettant à une formation militaire accélérée et les déployant pour renfort dans leurs positions.

Ivan Honoré Mudiangombé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :