Élections 2023: Pour le PPRD Patrick Nkanga, l’enjeu ne se situe pas dans le calendrier électoral, mais dans la transparence

En séjour à New-York aux Etats-Unis d’Amérique pour participer à l’assemblée générale des Nations-Unies, le Chef de l’État congolais Félix Tshisekedi a rassuré l’engagement du gouvernement congolais à organiser les élections dans le délai constitutionnel, soit en décembre 2023.

Cette assurance de Félix Tshisekedi ne suffit pas pour l’opposition congolaise, qui souhaite à son niveau que les prochaines élections soient plutôt crédibles et transparentes.

D’après Patrick Nkanga, Rapporteur du Bureau politique du Parti du peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), de Joseph Kabila, la question ne se situe pas au niveau de la date des élections, mais plutôt sur la manière dont ces élections seront organisées, notamment dans la crédibilité et transparence de ces dernières.

 » Pour nous, il ne s’agit pas d’une question de date, pour nous, il s’agit avant tout d’une question de crédibilité et de transparence du processus, puisqu’il nous importe nous c’est de savoir de quelle manière seront organisées ses élections, de manière à ce que le choix du peuple puisse être respecté et garanti. » , fait savoir Nkanga.

Pour ce cadre de l’ancien parti présidentiel, plusieurs griefs ont été posés notamment sur la composition du bureau actuel de la CENI et celle de la Cour Constitutionnelle, deux institutions qui jouent un rôle important dans le processus électoral, mais des griefs qui sont restés inchangés.

 » Nous avons émis des griefs par rapport à la composition de la CENI, nous avons émis les griefs par rapport à la composition de la Cour Constitutionnelle compte tenu de leur rôle dans le contentieux électoral, dans le contentieux de candidature et des résultats, nous avons émis des griefs qui jusqu’au jour d’aujourd’hui demeurent inchangés, puisque le visses qui ont caractérisés les désignations des différents animateurs, ne se bonifient pas dans le temps, un visse est un visse, et le visse pour nous demeure et ce visse entache déjà le processus électoral . », a-t-il renchérit.

Il faut signaler que le PPRD continue toujours de protester contre les mises en place de l’actuel bureau de la centrale électorale et des animateurs de la Cour Constitutionnelle, car d’après lui, n’ont pas tenu compte du consensus.

Ivan Honoré Mudiangombé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :