Élections 2023: Martin Fayulu tacle la recente tribune de Corneille Nangaa qui « révèle la personnalité d’un pervers narcissique »

Dans une tribune rendue public la semaine passée, Corneille Nangaa, ancien président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) est revenu sur le contour de l’organisation des élections de 2023.

Dans celle-ci, Corneille Nangaa est resté pessimiste quant à la crédibilité du processus électoral en cours et à la tenue des élections dans un délai constitutionnel, au regard de quelques contraintes présentées par le Bureau Denis Kadima.

Ceci n’a pas laissé indifférent Martin Fayulu, candidat sorti deuxième aux élections de 2022, après Félix Tshisekedi.

Lui qui s’est toujours réclamé président de la République élu, a bel et bien sommé Nangaa au lendemain de la sortie de cette tribune en des petits mots.

Il l’a qualifié de pervers narcissique, l’homme méritant l’indignité nationale car ayant fabriqué les résultats des élections 2018, auxquelles il a été deuxième.

« La Tribune de Naanga révèle la personnalité d’un pervers narcissique. M. Naanga qui mérite l’indignité nationale, a manqué l’occasion de se repentir en disant aux congolais comment il a fabriqué les résultats des élections de 2018. Il est complice de l’insécurité actuelle en RDC », écrit Martin Fayulu sur son compte Twitter ce lundi 03 octobre.

Dans sa tribune, l’ancien président de la centrale électorale avait appelé à la meilleure attention des uns et des autres, tous acteurs confondus, afin que soient prises les meilleures dispositions pour garantir l’essentiel en vue des élections apaisées dont les résultats soient acceptés par tous.

« Aujourd’hui comme hier, il se pose la problématique du respect du délai constitutionnel : il faut, bien entendu, s’en tenir au respect du délai constitutionnel pour la tenue des élections et éviter le glissement. Mais il va tout de même falloir allier l’impératif du respect du délai constitutionnel avec l’absolue nécessité des élections apaisées, c’est-à-dire : libres, inclusives, transparentes et dont les résultats seront acceptés par tous. » , avait-il déclaré

Pour ce faire, il a estimé qu’il faudra un minimum de consensus sur les grandes options, tant il est vrai, ainsi que le constatent tous les experts locaux et extérieurs, que « l’absence de consensus politique sur la préparation des élections demeure le plus grand obstacle à l’organisation des élections en RDC ».

Ivan Honoré Mudiangombé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :