Nomination au sein des FARDC : Une ONG estime qu’il s’agit d’une option stratégique allant dans la droite ligne d’en finir avec le M23

Le Chef de l’État Félix Tshisekedi a à travers des ordonnances signées, effectué des nominations et élévations des grades au sein de l’armée, notamment à l’État major général des FARDC et à la Garde Républicaine.

Pour la Société Congolaise pour l’ État de Droit (SCED), ces nominations semblent être une option stragique allant dans la droite ligne d’ en finir avec le M23.

Par ailleurs, la SCED suggère au Chef de l’État Félix Tshisekedi d’effectuer également les mêmes nominations et mises en place pour la magistrature militaire dont l’effectif très réduit des magistrats de haut rang tant au niveau de l’Auditorat Général que de la Haute Cour Militaire constitue un obstacle majeur.

Cet obstacle ne permet pas de traiter, fait savoir Dominique Kambala, Directeur Général de cette organisation les dossiers de crimes graves commis sur toute l’étendue de la République, consacrant ainsi l’ impunité.

A ce titre, la SCED relève que l’ instruction des dossiers emblématiques Nganza et Tshisuku transmis depuis 2019, n’ ont toujours pas été renvoyés devant les juridictions compétentes, entre temps, les nombreuses victimes souffrent de l’impatience face à la lenteur judiciaire.

Dans ces nouvelles nominations, Félix Tshisekedi a élevé Christian Tshiwewe aux fonctions du chef d’Etat major des FARDC, en remplacement du général Célestin Mbala Munsense. Et Le Général major Kabi Kiriza Ephraim, nommé nouveau commandant de la Garde Républicaine.

Ivan Honoré Mudiangombé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :